All posts in Fitness Program

Réflexion sur le métier d’instructeur de cours de groupe

Cet article paraît dans la plus récente édition du AnieMag.

Isa Ekkip+Gym du Plateau studio

Avec l’augmentation de personnes en surpoids, une population vieillissante et un système de santé à deux vitesses, l’instructeur de cours de groupe est plus que jamais un joueur majeur dans la prévention de la santé des Québécois. Je souhaiterais donc souligner la contribution de l’instructeur, qui est non seulement de divertir, mais surtout d’aider les personnes qui cherchent à retrouver ou à maintenir la forme, mais aussi de prévenir les problèmes de santé à plus long terme. Cela étant dit, évoluant dans l’industrie de la mise en forme et de la danse depuis plus d’une décennie, j’ai souhaité faire une réflexion sur ce milieu que j’affectionne tant et poser un regard sur certaines réalités du métier d’instructeur. En fait, l’industrie de la mise en forme, plus particulièrement le volet des cours de groupe, a connu toute une évolution ces dernières années. Alors, tout en tenant compte des bons côtés de la médaille, jetons un coup d’œil à quelques aspects de cet emploi que certains instructeurs trouvent inquiétants. Pourrait-on donner aux cours de groupe leurs lettres de noblesse en apportant des modifications à ces aspects? Car, après tout, il est reconnu depuis de longue date que la rétention des clients qui participent aux cours de groupe est nettement supérieure à celle des autres services offerts dans un gym, et cet aspect est très intéressant pour les opérateurs.

L’INTERCHANGEABILITÉ

Tout d’abord les instructeurs de cours de groupe pourraient devenir interchangeables depuis l’arrivée des contenus de cours préchorégraphiés (tels Insanity, Piloxing, Body Training Systems, Zumba, Pound, qui sont des contenus préfédinis proposés par une marque de commerce). Les instructeurs qui enseignent ce format craignent perdre de la valeur aux yeux de leur employeur. Pourquoi? D’abord, parce dans la plupart des cas, ils n’ont pas à construire un cours (le contenu étant prédéfini), mais aussi parce leur contrôle sur le programme présenté est limité. Qui plus est, l’instructeur n’exploite ni ses compétences ni sa créativité, seulement ses habiletés d’animation. Précisons toutefois que certains programmes sont plus restrictifs que d’autres. La Zumba, par exemple, offre un bel équilibre entre les cours « Freestyle » (cours dans lequel l’instructeur créee son propre contenu)  et les cours préchorégraphiés, et leurs instructeurs conservent, pour la plupart, l’appréciation de leurs employeurs. Pour ce qui est des « produits » préchorégraphiés autres que Zumba, l’instructeur peut se faire remplacer plus facilement étant donné que d’autres instructeurs sont en mesure de fournir un service identique. Cette réalité met beaucoup de pression sur les instructeurs, qui craignent parfois de perdre leur place.

LES FRAIS LIÉS AU MÉTIER

Faut-il être riche pour exercer le métier d’instructeur? Prenons encore une fois l’exemple de la marque de commerce Zumba, qui exige que l’instructeur devienne membre ZIN (une personne qui consent à payer mensuellement des frais liés aux contenus proposés par la compagnie ZUMBA) dans les douze premiers mois suivant l’obtention de sa certification ZUMBA. S’il n’accepte pas d’assumer les frais mensuels pour conserver son droit d’afficher Zumba à l’horaire (et pour les CD et DVD que fournit Zumba), il devra refaire sa formation l’année suivante, sans quoi il perd le droit d’enseigner ce format. Parmi les autres dépenses de l’instructeur, il y a aussi les congrès annuels (incroyablement inspirants!), les ateliers de perfectionnement, la musique, les vêtements (souvent griffés) et les outils de travail (iPod, iPad, chronomètre, sifflet, montre sportive, etc.).

UNE PRESSION ACCRUE

La pression sur les instructeurs est grandissante pour ce qui est du rendement physique. L’instructeur se doit d’être au sommet de sa forme, car c’est la nature même de son métier. Lorsque des courbatures se font sentir ou une foulure se produit, il a la responsabilité de se faire soigner, et ce, sauf exception, très souvent à ses frais. Son corps étant son outil de travail, il doit remédier rapidement aux douleurs engendrées, en plus de faire de la prévention par l’entremise de massages, de soins divers, d’une alimentation adéquate, etc. Il ne connaitra que plus tard les répercussions physiques à long terme de ce travail sur son corps, moment où il n’aura probablement plus de recours à cet effet. De plus, on exige en tout temps de l’instructeur un niveau de performance exceptionnel. Avec l’arrivée des cours à intensité extrême (HIIT, CrossFit, Insanity, P90X), on lui en demande toujours plus quant à l’intensité de son cours, sans parler de la pression qu’il se met lui-même par rapport à sa popularité, en l’occurrence le nombre de personnes présentes à ses cours. Pourtant, pour ce qui est de ce dernier point, il a été démontré à maintes reprises que les fluctuations dans le taux de participation sont le plus souvent hors le contrôle de l’instructeur. Il n’est pas responsable des impondérables, comme la température, les jours fériés, les vacances, les congés pédagogiques (pas de gardienne), la fatigue, le stress, les troubles de santé, les blessures et le manque de temps des participants.

LES PARADOXES DU MÉTIER

Comme dans plusieurs professions (psychologues, médecins, etc.), les messages véhiculés ne sont pas toujours mis en pratique par ceux qui les communiquent. Dans le cas de l’instructeur de cours de groupe, celui-ci prône l’équilibre à l’entraînement, la bonne nutrition, l’hydratation, ainsi que d’autres prises d’habitudes de vie saine. Paradoxalement, son métier le contraint à faire l’inverse puisqu’il ne s’accorde pas forcément les moments de repos nécessaires à la pleine récupération de son corps, ne s’hydrate pas suffisamment, et ne consulte pas un spécialiste dès qu’il éprouve une douleur physique.

PETIT TRAIN VA LOIN

Alors, comment améliorer certaines de ces réalités? Et comment assurer la survie de ce beau métier qui n’a pourtant jamais reçu ses lettres de noblesse? Le simple fait de prendre conscience de la réalité du milieu est un pas dans la bonne direction. J’ajouterais qu’il est nécessaire d’éduquer la population quant à l’importance du rôle de l’instructeur dans la prise d’habitudes de vie saine. Je souhaiterais donc souligner la contribution de l’animateur, qui est non seulement de divertir, mais surtout d’aider les personnes qui cherchent à retrouver ou à maintenir la forme, mais aussi de prévenir les problèmes de santé à plus long terme. Et pour terminer, je me permets de reprendre le premier paragraphe de cet article: Avec cette augmentation de personnes en surpoids, une population vieillissante et un système de santé à deux vitesses, l’instructeur est plus que jamais un joueur majeur dans la prévention de la santé des Québécois.

10 stratégies alimentaires pour survivre aux temps des fêtes

La saison des Fêtes, vient à peine de débute et vous êtes déjà inquiet des excès à venir. Voici 10 trucs pour vous aider à profiter de cette période de l’année sans trop vous restreindre ou le regretter en janvier (article publié sur Ztele.com).

Soyez souple

Les journées et les soirées du mois de décembre sont bien remplies et parfois imprévisibles. Gardez en tête différentes options si les plans changent.  Pas de panique si vous avez manqué une séance d’entraînement ! Pensez à votre plan B qui pourrait être de manger plus léger le soir et de profiter de votre séance de magasinage pour faire un peu de marche rapide. Rappelez-vous qu’il y a toujours une alternative.
Ne culpabilisez pas !
Si vous manquez une séance d’entraînement faute de temps ou de motivation, ne vous culpabilisez pas. Au même titre, si vous faites des excès alimentaires, assumez-les sans vous mordre les doigts. C’est le temps de l’année où il est normal de festoyer et de manger davantage. Mais…

Ne remettez pas à demain 

Il est important d’avoir des objectifs pour la nouvelle année, mais ces derniers ne doivent pas remplacer ceux que vous avez  maintenant. Vous devez résister à vous dire que vous ferez des changements dans votre mode de vie à partir du 1er janvier et sombrer à la débauche d’ici là ! Non ! Il est facile de prendre du poids et si difficile de le perdre. La prudence est de mise puisque les gens ont malheureusement tendance à conserver le surplus de poids pris durant les Fêtes. Soyez stratégique et allez-y au jour, le jour. Vous avez trop mangé ou vous comptez manger beaucoup au courant des 24 prochaines heures, bougez, bougez et bougez encore !

Ayez des attentes réalistes

Durant les fêtes, avec les partys de bureau et les séances de magasinage, il n’est pas simple de respecter l’horaire régulier d’entraînement. Il s’agit d’accepter cette réalité et de s’adapter à cette dernière. Comment ? En modifiant légèrement son horaire en fonction d’un emploi du temps plus chargé. Par exemple, entraînez-vous le midi plutôt que le soir si vous savez que le temps vous manquera en soirée. Vous pouvez aussi décider de prévoir une séance d’exercice plus courte sur les machines ou à la maison afin de vous permettre de bouger un peu malgré un horaire chamboulé.

Modérez lorsque possible et appliquez la formule 2-3-4-0

Vous avez le droit de faire des excès, mais lorsque possible, modérez. L’important est d’écouter son corps. Si vous avez moins faim, mangez moins. Ce n’est pas parce que la nourriture est là qu’il faut se gaver. Concernant votre consommation d’alcool, voici un repère d’Éducalcool qui vous sera utile:
Pour les femmes, limitez votre consommation à 2 verres par jour et à 10 par semaine. Pour les hommes, c’est 3 verres par jour et de 15 par semaine. De temps à autre, soit durant le temps des fêtes, il est possible de consommer un peu plus: pour les femmes la recommandation est de prendre 3 verres et les hommes 4 (3-4 ). Et pour éviter l’accoutumance, tant physique que psychologique, il est recommandé de s’abstenir de prendre de l’alcool au moins un jour par semaine.
Soyez à l’écoute de votre sensation de satiété
Vous l’avez probablement entendu à maintes reprises, c’est un conseil précieux à mettre en pratique 365 jours par année: mangez lentement pour mieux discerner vos besoins réels en nourriture.

Hydratez-vous

Il est important de s’hydrater. En tout temps, buvez beaucoup d’eau et tentez d’alterner alcool et verre d’eau afin de limiter la quantité d’alcool ingérée. Prenez de  l’eau pétillante pendant et après le repas afin de faciliter la digestion. Voici d’ailleurs 10 règles pour prévenir ou guérir la gueule de bois.
Dormez suffisamment
Le sommeil aide non seulement à la récupération, mais réduit aussi le stress qui survient souvent dans le temps des Fêtes. Profitez donc de ce moment de l’année pour vous reposer lorsque nécessaire. Votre corps vous en remerciera !

Soyez stratégique

Si vous prenez du pain au souper, évitez le dessert. Si vous buvez beaucoup, ne commandez pas d’entrée et, si vous mangez plus, bougez plus ! Surtout, ne vous rendez pas le ventre vide à un souper au restaurant ou chez des amis. Tenez-vous loin du buffet (ou des hors-d’œuvres) afin de limiter la tentation. Optez pour les choix santé tels les crudités en entrée plutôt que les bouchées plus caloriques. Autre conseil pertinent, n’acceptez pas de ramener avec vous de la nourriture calorique si vous savez que vous aurez de la difficulté à résister à la tentation ! Vous avez envie de cuisiner des desserts ? Partagez avec votre entourage en amenant vos gâteries au travail ou apportez-les à vos fêtes de famille. Toutes les idées sont bonnes pour partager l’abondance du temps des fêtes et faire sourire le plus de personnes possible.

Ne pensez pas « privation »

Si vous établissez des règles alimentaires trop strictes, vous risquez de flancher et vous serrez déçu. Faites-vous plutôt confiance ! Certains jours seront plus excessifs que d’autres et c’est tout à fait prévisible.
Pour vous encourager à maintenir un certain équilibre, téléchargez l’application Lifesum  qui vous aidera à contrôler et à améliorer vos habitudes alimentaires et d’activité physique pendant les Fêtes puis tout le reste de l’année.
Ne reste plus qu’à vous souhaiter un merveilleux temps des Fêtes. Santé à vous!

Un massage pour la Saint-Valentin?

Vous cherchez quelque chose de relaxant à faire avec votre douce moitié pour la Saint-Valentin? Avez-vous pensé à vous faire masser à la Clinique de massothérapie Jeanie Rahal? Appelez dès maintenant pour prendre un rendez-vous (450 629 6387) ou encore réservez votre place en ligne.

Q&A with Violet Zaki

Voici une entrevue que la conférencière Violet Zaki m’a accordé à titre d’ambassadrice ECA (le texte est en anglais).

Violet opens up about her passion for fitness, her commitment to the industry, and her devotion to anyone who is lucky enough to cross her path.

 

1. How did fitness become a part of your life?

My teenage years, like for many of us, were challenging, frequently undermined by a variety of emotions, pressures, and self-perceptions. After growing from underdeveloped but hyperactive as a child to overweight as a teenager, I eventually reflected long and hard about my condition and its causes, including certain unhealthy aspects of my family’s lifestyle and cultural influences compounded by a vulnerable genetic predisposition in some respects. Determined to change, I lied about my age in order to join my sister’s university gym at the age of 15 and set out on a fitness adventure that continues today. Within a year of joining that gym, I was trusted on stage to teach my first group class when the instructor had an emergency and I was called on to finish the session. I eventually became a certified instructor, teaching my own classes, while gaining a degree in Applied Science at Deakin University in Melbourne, Australia and subsequently starting a duel career in human services at the Victorian Royal Guide Dogs for the Blind and Victorian School for Deaf Children in Melbourne.

 

2. What is your favorite part about teaching?

I love being fit, strong and mentally disciplined – opportunity to share it, so that others can see and feel the benefits I have experienced.

Connecting with people and being authentic in my approach to life and fitness. This allows my students to trust me and hopefully get them closer to their goals.

Some of my students have said “sometimes when I’m at work or home and I am faced with a challenge, I can hear your voice saying “finish what you started”. So, the physical element of what I do definitely translates into a person’s mind and emotions.

The key is to have fun, connect with my students, see them grow and stay innovative in my programming. I determine the tone I set for my class and I have the freedom to create and be a source of motivation. I have a lot of energy and I use my work to channel that energy into something positive while challenging other human beings to overcome psychological and physiological obstacles in class that may translate into the rest of their world.

 

3. My philosophy is:

One mind, one body, one life…. getting out of the bleachers and getting onto the court to play the game. I believe that we all want the same thing…happiness, love and good health.

 

4. Who is your biggest inspiration?

Grandmaster Tadashi Nakamura, Founder of Seido Karate and my instructor. An important part of his role is to contribute to his community through charity work. Kaicho (Grand Master – 9th Dan) Nakamura has received praise and recognition from City, State, National and International leaders for the good works of the benefit foundation he has created. The Seido Juku Foundation sponsors or provides much of the funds for special karate programs and instruction for the Visually Impaired, Deaf, Victims of Domestic Abuse, Homeless Children, and the learning and developmentally-disabled. Kaicho is an amazing athlete (at the age of 72) and role model.

 

5. What is your proudest achievement?

I am most proud of going from being a self-perceived underdog to becoming a support system for those who face similar personal struggles.

The ability to dig deep and become a successful, self-made professional female, especially when remembering the personal reinvention necessary at times along the way, is very much part of this gratification. I relate back to this and the feeling gets reinforced every time a student of mine shares the emotional, mental and physical strengthening they are undergoing as a result of my teachings, authentic engagement with them, and efforts to create a positive environment allowing them to grow while still challenging them to get out of their comfort zone.

Thank you Violet for taking the time to partake in ECA’s Q&A. You truly make us want to become a better version of ourselves.

Violet Zaki

Is an Aussie NY-based elite Fitness Professional, a graduate from The Institute for Integrative Nutrition and a Lifestyle Coach. As well as being a Certified Fitness Instructor, Violet has a black belt in Seido Karate. Violet shares her passion for fitness via high energy workout DVDs, her weekly teaching schedule, TV guest appearances, motivational speaking events and contributing journalism articles to various magazines. She is one of the most sought-after teachers at New York’s premier club, Equinox Fitness. Violet says, “Gaining confidence, self-esteem, and overcoming mental obstacles are a result of hard work. Group fitness and Life coaching has given me a platform to encourage others to strive for their very best. You don’t get what you wish for…..you’ve gotta work for it!”

Violet wields a famously passionate, sharp-witted, unapologetic approach to motivation, propelling her students and clients to live their lives up to their potential, achieve their goals, and self-empower, while not forgetting to include fun along the way.

Rencontre avec notre adjointe Brigitte

J’ai récemment rencontré l’incroyable Brigitte, adjointe et bras droit de la fondatrice Jeanie Rahal à la Clinique de massothérapie Jeanie Rahal

Brigitte

1. Quel est ton rôle à la Clinique de massothérapie Jeanie Rahal?

Je suis l’adjointe de l’équipe. À ce titre, je m’occupe de céduler les rendez-vous, de diriger les clients vers les bons thérapeutes (en fonction de leurs besoins) puis de les accueillir lorsqu’ils arrivent sur place. Je m’occupe aussi de faire les suivis post traitement afin de vérifier qu’ils aient bien apprécié leur expérience à la clinique. Par ailleurs, je fais la supervision des thérapeutes notamment au niveau de la formation des nouveaux. Sans oublier mon rôle sur le plan du marketing et de la publicité dans l’optique de faire connaître la clinique auprès du public.

2. Qu’est-ce qui différencie la Clinique de massothérapie Jeanie Rahal?

La Clinique de massothérapie Jeanie Rahal est une clinique multi-disciplinaire offrant des traitements de massothérapie et d’ostéopathie. Nous sommes reconnus pour offrir un service personnalisé à chaque rendez-vous. Dès le moment où quelqu’un appelle, on cherche à connaître ses besoins tant au niveau émotionnel que physique. Nous sommes entourés de thérapeutes qualifiés, passionnés et dévoués. En plus d’être une clinique innovatrice et technologique, nos bilans de santé sont remplis via la tablette électronique, l’achat de certificat cadeau ainsi que la prise de rendez-vous peut-être faites via notre site web.

3. Quels sont les différents services de la clinique de massothérapie Jeanie Rahal?

On offre de l’ostéopathie, de la massothérapie (Fasciathérapie, Kinésithérapie, Drainage lymphatique, Orthothérapie, polarité, Réflexologie). Consultez notre site web pour en savoir plus sur l’ensemble de nos services.

Merci infiniment Brigitte de m’avoir accordé cet entretien. C’est toujours un plaisir de te voir et me faire accueillir par toi!

Réservez votre place dès maintenant en appelant au 450 629-6387 ou offrez le bien-être à un de vos proches pour Noel!

logo-clinique-massoterapie-jeanie-rahal

 

Ambassadrice du congrès ECA

Voici un billet qui a été publié sur le site ECA expliquant mon rôle d’ambassadrice ECA (le texte est en anglais)

In this month’s ECA blog, I’m turning the tables, opening up about myself as ECA Ambassador, fitness Writer and Blogger. ECA Isabelle et Carol Scott (ECA logo in background)

1. How did fitness become a career? I danced all my life, and started teaching fitness while I was studying to get my degree in Communications. Still today, performing (dancing and singing) is my number one passion, but I was always interested by the media. In fact, I knew at a very young age that I wanted to work in television. I could already picture myself being on screen, with my name appearing below me. Internet being a wonderful platform, I soon started to shine on the web by sharing exercise and health tips through articles and fitness clips in French and English. This eventually prepared me for my regular appearances on local and national television shows in Canada.

2. How does one become an ECA Ambassador? I became a fitness ambassador for ECA last November, after attending a decade of ECA events. As an ambassador, I promote the organization and interview incredibly talented presenters for the E News and ECA blog. So far, I’ve had the honor of connecting with Carol Scott, Lashaun Dale, Lisa Wheeler, Ben Bidlack, Petra Kolber, and most recently, Stacey Lei Krauss. What I love about getting presenters to confide in me is that it allows us all to get to know them better. I also wanted them to have a voice so they could open up about their struggles, their lessons learnt, and the people who inspire them.

3. Who or what inspires me? So many people inspire me. Lashaun Dale, Carol Scott, Geoff Bagshaw, John Shehan Lisa Wheeler, Abby Goldenberg, Calvin Wiley, Carole Woodstock, Lawrence Biscontini, and many more! These lovely human beings have helped me become a better version of myself on both a personal and a professional level. I truly thank them for that.

4. What are my upcoming projects? I will continue to pursue my work as a spokesperson for healthy living, (finally) finish my Masters in Communication and Health, and devote time to helping animals live a better life.

5. What makes me happy? Good coffee, great company, red wine, NYC, and amazing people. I’m also at my happiest when I am achieving something and moving forward.

If you are interested in becoming an ambassador for ECA, please contact Carol Scott. Share your love for fitness and wellbeing with the world!

Nouveauté au Saint-Jude Espace Tonus

Un duo du tonnerre

Le Saint-Jude Espace Tonus s’est assosocié depuis peu au Halte 24-7. Situé tout près du parc Lafontaine et fondé par deux jeunes entrepreneurs, la Halte 24-7 est un bureau en partage.

Photo: Le Saint-Jude Espace Tonus Saint-Jude sauna Photo: Halte 24-7 Halte 24-7 Le concept: un match parfait

Combiner son bureau et son gym dans une même offre au sein de deux établissements de grande qualité sur le Plateau Mont-Royal.

Objectif: briser l’isolement du travailleur autonome. Comment? Grâce à des pièces de travail à aire ouverte, des bureaux privés, des salles de conférence, des salon commun et une terrasse. Les fondateurs désiraient mettre à la disposition des endroits où leurs membres peuvent se rencontrer et forger des alliances. Les locaux hébergent des entrepreneurs qui œuvrent dans plusieurs domaines. L’Halte 24-7 souhaitait « mettre en place des activités ou des actions pour aider les entrepreneurs à rencontrer des gens complémentaires à ce qu’ils font pour développer leur réseau professionnel#, affirme Olivier Berthiaume, directeur associé.

Une offre à ne pas manquer: Abonnement libre-accès en aire partagée: 300$+tx/mois + Abonnement Gym Saint-Jude L’abonnement mensuel libre-accès en aire partagée au Halte 24-7 Accès au centre de 8h30 à 17h00 (accès 24/7 en option) Service de réceptionniste entre 8h30 et 17h00 Accès au lounge affaires Accès à la terrasse affaires Accès aux douches Accès à la salle à manger et aux machines à café Chauffage et électricité Taxes d’affaires Accès internet haute vitesse sans fil et ethernet 25 pages de photocopies noir et blanc par mois* Service d’entretien ménager des aires communes Caméras de surveillance et système d’alarme dans les espaces communs Bureau fermé à clé Case postale Espace de travail incluant un bureau, une chaise ergonomique, un classeur, une lampe et une poubelle/recyclage Pour plus d’informations visitez le site web de notre partenaire au halte24-7.com

L’abonnement annuel au Saint-Jude Accès illimité à la salle d’entrainement et aux différents cours de groupe (spinning, yoga, Pilates, club de course et de vélo). Accès illimité au spa nordique (sauna, hammam, bassins d’hydrothérapie sur terrasse extérieure, chute nordique et douches de transition). Évaluation physique complète et Programme d’entrainement personnalisé par un kinésiologue, renouvelé mensuellement au besoin. Accès aux massages sportifs, pré ou post entrainement. Deux massages thérapeutique de 60 min. Accès aux vestiaire tout inclus. Accès au lounge et collation santé. Sac de sport et bouteille d’eau en acier inoxydable. Le prix Abonnement libre-accès en aire partagée  + Abonnement Gym Saint-Jude = 300$+tx/mois

Donc, à votre bureau puis à votre entraînement! Work hard, play harder!

Pitbull et Enrique Iglesias au Centre Bell

Un duo du tonnerre

C’était la folie hier soir au Centre Bell lors du spectacle signé Pitbull et Enrique Iglesias. Il fallait être sur place pour voir grouiller 12 000 personnes au son des hits de ces artistes qui en ont mis plein la vue pour l’occasion. Lisez mon billet sur MatTv.ca.

Comment perdre son ventre

Mal à l’aise en maillot de bain, serrées dans vos jeans, fatiguées de vous sentir inconfortable dans votre propre corps? Voici un programme d’entraînement qui vous aidera à perdre la graisse sur ventre. Mais attention! Il est important de comprendre que la perte de poids par région n’est possible que si les exercices proposés sont accompagnés d’un entrainement cardiovasculaire et d’une alimentation saine.

Comment raffermir les jambes

Vos cuisses manquent de définition et de fermeté? Voici quelques exercices qui vous permettront de travailler les muscles de la partie inférieure du corps, soit le devant de la cuisse (les quadriceps), le derrière de la cuisse (les ischios jambiers), l’intérieure de la jambe (les adducteurs) et l’extérieure de la jambe (les abducteurs).